Groupe de Recherche et d’Action pour la Santé
Accueil > VadeGRASMecum > VadeGRASMecum : tous les articles en vrac > Blanchiment des conflits d’intérêt : oeuf de Colomb ou œuf de pigeon (...)

Blanchiment des conflits d’intérêt : oeuf de Colomb ou œuf de pigeon ?

samedi 18 février 2012, par Francesco

LLG 60 décembre 2008

Dans un souci de transparence, les organisateurs de réunions qu’ils veulent vraiment scientifiques pressent les orateurs de déclarer, en début d’exposé, leurs conflits d’intérêts. Les participants à la réunion pourraient ainsi mieux moduler leur analyse critique des propositions faites. Il est parfois difficile d’obtenir cette déclaration lors de réunions publiques et les orateurs s’ingénient à trouver toutes les parades possibles. Les journées de consensus de l’INAMI sont un creuset d’esquives possibles. Un professeur d’université illustre (par ses publications internationales) introduisait, il y a deux ans, son intarissable faconde par une déclaration d’absence de conflits d’intérêt motivée par le fait qu’il nourrissait sa plume à tous les râteliers possibles de désucreurs. Malicieux, cette année-ci, il annonçait qu’il était plus pertinent d’explorer les potentiels conflits d’intérêt de l’orateur pour les médicaments non abordés lors de l’exposé… mais en concurrence avec les médicaments présentés, surtout si c’était sous un jour défavorable. Cette diversion permettait de distraire les participants de la lecture de ses nombreux conflits d’intérêt. La palme (pour triompher comme pour nager) de l’inventivité revient à une autre oratrice. Elle a présenté une liste interminable, dont nous ne saurons jamais si elle était complète, de conflits d’intérêt possibles avec des firmes pharmaceutiques, contrebalancée par une liste à peu près aussi longue d’associations ou réunions pour lesquelles « elle avait travaillé pour rien ». A l’aune de cette étoffe qui sert aux nouveaux habits de l’impératrice des insulines, le fait de « travailler pour rien » blanchit tout autre conflit d’intérêt avec les promoteurs de médicaments… conflit d’intérêt financier selon l’oratrice. Et s’il ne s’agissait pas que d’argent ou d’or ? Parler « pour rien » n’est pas parler pour ne rien dire. Bien distillés, certains messages sont plus enivrants pour les patients et les associations qui se sont constituées pour les défendre, pour la presse à l’écoute d’éminents spécialistes « désintéressés », qu’un message clairement identifié comme prononcé par un marchand. Le GRAS décerne à cette oratrice le prix international de l’œuf de Colomb du conflit d’intérêt. Les historiens ne peuvent répondre à notre angoissante question : l’œuf de Christophe Colomb était-il un œuf de pigeon ?

Partager {#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © GRAS asbl 2012