Groupe de Recherche et d’Action pour la Santé
Accueil > Nos actions > Action n° 101 : MOLSIDOMINE : trop prescrite eu égard au manque de preuves de (...)

Action n° 101 : MOLSIDOMINE : trop prescrite eu égard au manque de preuves de son efficacité (11/2007)

mardi 6 décembre 2011, par Rédaction GRAS

Sensibilisation des prescripteurs.

Commercialisée par une firme belge, Thérabel, dans de rares pays (pas aux USA), sous une appellation plusieurs fois modifiée pour des raisons commerciales (Corvaton®, Corvatard®, Coruno®), ce phœnix de la pharmacie belge, non encore copié par les génériqueurs, est utilisé dans le traitement chronique de l’angine de poitrine. L’importance de son volume de prescription en Belgique n’est pas justifiée par des données probantes de la littérature scientifique médicale. Dans les dépenses du secteur ambulatoire de l’assurance soins de santé en 2006, la molsidomine occupe la 10ème place en terme de montant remboursé par l’INAMI et la 4ème place en volume de prescription (DDD - Defined Daily Dose) [1]. Dans les maisons de repos pour personnes âgées, la molsidomine est le produit le plus prescrit en termes de volume (DDD) [2]. Vu le manque de données de la littérature concernant cette molécule, le Répertoire Commenté des Médicaments belge [3] la présente en ces termes : « La molsidomine est, comme les dérivés nitrés, un donneur de NO et a probablement les mêmes propriétés que ceux-ci. »

D’après le récent consensus INAMI sur le traitement de l’angor [4], certains éléments indiquent que la molsidomine peut avoir un effet favorable dans le traitement symptomatique de l’angor stable. Ce constat est étayé par un nombre limité d’études qui présentent toutes des lacunes méthodologiques (très) importantes. En raison de l’absence de données scientifiques valables, le jury de ce consensus est d’avis que la molsidomine ne constitue pas un traitement de premier choix pour l’angor (niveau de preuve III, degré de recommandation B). D’autre part, le consensus INAMI précise qu’il n’existe dans la littérature aucun argument prônant la prescription des dérivés nitrés ou de la molsidomine pour des raisons pronostiques.

Pour la même année, le volume de molsidomine prescrite en Belgique dans les homes pour personnes âgées soit 10.346.605 DDD est de loin supérieur au total des Bêta-bloquants soit 4.756.076 DDD (Bêta-bloquants sélectifs 3.658.144 DDD + Bêta-bloquants non sélectifs 1.097.932 DDD - KCE rapport p.140-1), d’autant plus si on y ajoute le volume des dérivés nitrés prescrits (5.422.761 DDD) et celui des dihydropyridines (6.722.495 DDD).

Or ces Bêta-bloquants restent le premier choix dans le traitement de l’angor et des cardiopathies ischémiques malgré quelques restrictions d’emploi dues à leurs effets secondaires et contre-indications. On peut en conclure que la molsidomine est probablement trop prescrite chez les personnes âgées belges. Cela rejoint une des conclusions de ce rapport du KCE (p.87) qui confirme une sous utilisation des médicaments diminuant le risque cardiovasculaire chez les personnes âgées belges.

SUITES : LLG n°66, juin 2010

La molsidomine n’est pas disponible dans tous les pays. Il n’existe aucun autre produit de la même classe. En raison de l’absence d’études correctement réalisées, la molsidomine ne constitue pas un premier choix dans le traitement de l’angor stable (niveau de preuve III, degré de recommandation B). Il n’y a pas de preuve de son utilité préventive de la morbi-mortalité. Il n’existe dans la littérature aucun argument prônant la prescription des dérivés nitrés ou de la molsidomine pour des raisons pronostiques. En ce qui concerne la molsidomine, il n’existe que peu voire aucune étude correctement réalisée mettant en évidence une plus-value au niveau clinique. (Extrait du Rapport du jury - Texte complet (version longue) de la réunion de consensus du 23 novembre 2006 sur « L’usage efficient des
médicaments dans le traitement de l’angor stable » organisé par Institut National d’Assurance Maladie-Invalidité - Comité d’évaluation des pratiques médicales en matière des médicaments.

SUITES : LLG n°96, juillet 2017

Les patients chez qui un traitement avec Coruno®/Corvaton® doit être instauré pour la première fois après le 31/07/2017 ne bénéficieront plusd’aucun remboursement INAMI. Cet antiangoreux est utilisé en Belgique comme traitement chronique de l’angine de poitrine alors qu’il reste peu utilisé à l’étranger et que son intérêt reste discutable. Voir : www.riziv.fgov.be

Partager {#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Notes

[2L’utilisation des médicaments dans les maisons de repos et les maisons de repos et de soins belges (22/12/2006) KCE reports 47 B, p.126 ; accessible sur http://kce.fgov.be

[3Répertoire Commenté des Médicaments belge accessible sur www.cbip.be

[4L’usage efficient des médicaments dans le traitement de l’angor stable, 23.11.2006, disponible sur http://www.inami.fgov.be/drug/fr/statistics-scientific-information/consensus/index.htm

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © GRAS asbl 2012