Groupe de Recherche et d’Action pour la Santé
Accueil > La Lettre du GRAS > LLG n°87, décembre 2015 > RECHERCHE PUBLIQUE : Un pas dans la bonne direction

RECHERCHE PUBLIQUE : Un pas dans la bonne direction

mercredi 25 mai 2016, par Rédaction GRAS

Maggie De Block investit 5 millions d’euros dans la recherche clinique pour évaluer les traitements entre eux (09/11/2015)

La Ministre de la Santé Maggie De Block charge le Centre Fédéral d’Expertise des Soins de Santé (KCE) de lancer un programme de recherche clinique et d’en assurer le suivi. Un budget de 5 millions d’euros est libéré à cet effet pour 2016 et un même montant pour 2017. Un appel à projets est lancé. Les premiers sujets d’études seront sélectionnés avant l’été 2016.

« Nous voulons réaliser des études que les firmes pharmaceutiques ne font pas mais qui peuvent nous apporter de précieuses informations sur l’effet d’un médicament ou d’un dispositif médical. Par exemple, pour un patient qui a trop de cholestérol, quelle est la meilleure solution : adapter son style de vie en mangeant plus équilibré et moins gras, et en faisant plus de sport ? Ou prendre une statine ? » déclare
Maggie De Block dans le communiqué du KCE.

Avant qu’une firme pharmaceutique puisse mettre un nouveau médicament sur le marché, elle doit réaliser une série d’études cliniques pour tester ce médicament sur un grand nombre de patients et prouver qu’il est à la fois sûr et efficace. Mais pour les médecins et l’assurance maladie, ces études ne répondent pas nécessairement à toutes les questions. Car il ne s’agit pas seulement de savoir si un
traitement est efficace ; il est également important de déterminer
s’il est plus efficace que les traitements de référence actuellement disponibles. Il serait donc intéressant de pouvoir comparer des médicaments entre eux, ou avec des traitements non-médicamenteux, comme des modifications du style de vie, une intervention chirurgicale ou une psychothérapie. Ou de faire des études dans des domaines où
l’industrie a peu d’intérêts, par exemple des catégories de population restreintes (personnes âgées, polymédiquées, avec de nombreuses
pathologies,...). Ou encore d’analyser l’efficacité d’outils de dépistage systématique dans la population. De telles études devraient permettre une utilisation plus efficiente des ressources en santé cf. le rapport
du KCE publié en juin 2015
.

En Angleterre le NHS consacre un budget annuel de 500 millions d’euros pour financer ce type de recherche. Aux Pays-Bas c’est un
budget annuel de 23 millions qui est destiné à évaluer l’efficience des
traitements remboursés. La Belgique devrait participer à des études
similaires avec les Pays-Bas. Avec un budget de départ de 5 millions,
Maggie De Block ouvre donc la voie à une certaine indépendance des
études cliniques dans le royaume.

Partager {#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © GRAS asbl 2012