Groupe de Recherche et d’Action pour la Santé
Accueil > La Lettre du GRAS > LLG n°77, juin 2013 > Former à l’indépendance dès l’université : une nécessité !

Former à l’indépendance dès l’université : une nécessité !

dimanche 10 août 2014, par Rédaction GRAS

Aux Etats-Unis, une des principales associations d’étudiants en médecine, l’American Medical Student Association (50.000 adhérents), milite pour que les universités forment les étudiants à comprendre et déjouer le marketing pharmaceutique, et adoptent des politiques plus strictes en termes de liens d’intérêts et de refus des cadeaux.

Cette association invite les étudiants et les médecins à adhérer à un pacte "PharmFree" qui stipule :
« Je m’engage à pratiquer la médecine au mieux de l’intérêt de mes patients et à poursuivre une formation basée sur les meilleures preuves disponibles, plutôt que sur la publicité ou la promotion. Par conséquent, je m’engage à n’accepter de l’industrie pharmaceutique ni argent, ni cadeau, ni invitation ; à rechercher des sources d’information impartiales et à ne pas me fier à l’information diffusée par les entreprises pharmaceutiques ; et à éviter les conflits d’intérêts dans ma formation et ma pratique médicales. » (AMSA, 2001).

Voir aussi l’article de Philippe Foucras du FORMINDEP Former à l’indépendance à l’université, ça marche ! et relire aussi celui de Philippe Masquelier sur Indépendance de la formation et formation à l’indépendance. En Belgique aussi, des étudiants en médecine se posent des questions (cf. les échos de nos dernières AG du GRAS à Erasme, sur le campus de l’ULB).

La Revue Prescrire du 1er mars 2013 titrait « Influence des firmes sur les soignants : s’en prémunir dès l’université - Enseignants et étudiants aux professions de santé ont un rôle primordial à jouer pour adopter des relations avec les firmes qui ne nuisent pas à la qualité de leur formation et de leur pratique. » : Plusieurs études ont montré l’influence des contacts entre firmes pharmaceutiques et soignants sur les opinions et prescriptions de ces derniers. La plupart des soignants sont peu conscients de ces influences. Des études ont montré des résultats équivalents chez les étudiants. Dans ce domaine aussi, la formation des étudiants des professions de santé est une étape déterminante pour leur futur comportement de prescripteur. Les enseignants ont un rôle primordial à jouer, en donnant l’exemple : en refusant les cadeaux des firmes et en formant les étudiants à déjouer les techniques du marketing pharmaceutique. (LRP 2013)

Partager {#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © GRAS asbl 2012