Groupe de Recherche et d’Action pour la Santé
Accueil > La Lettre du GRAS > LLG n°78, septembre 2013 > Editorial : cherchez la preuve

Editorial : cherchez la preuve

lundi 4 août 2014, par ZoéP

Au programme de cette présente édition de la Lettre du GRAS :
nouveautés et thèmes plus connus.

Dès l’introduction à la pratique clinique, l’étudiant en médecine est
confronté à un paradoxe : alors qu’au sein de multiples conférences et séminaires, on prône la rigueur scientifique, en consultation, au contraire, on développe certains automatismes de prescription engendrés par des stratégies promotionnelles de l’industrie pharmaceutique et non pas basés sur des preuves.

Comment améliorer la connaissance de l’efficacité réelle d’un médicament ? En commençant par avoir un meilleur accès aux résultats de la recherche médicale, y compris ceux des essais cliniques non publiés dont la mécon-naissance est une occasion, a fortiori manquée, pour le médecin de mieux connaître les effets d’un médicament. C’est dans ce but qu’une lettre à l’attention de notre Ministre fédérale de la Santé est jointe à ce numéro. Cette lettre soutient des amendements visant à améliorer la transparence des données en vue de l’adoption d’une prochaine réglementation européenne sur les essais cliniques de médicaments à usage humain.

Ne faut-il pas promouvoir la démarche EBM quitte à être capable de refuser de prescrire, ne rien prescrire, ou de ne certes pas prescrire "le dernier cri" ? Nous savons que ce n’est pas toujours facile devant un patient en quête de solution rapide, voire miraculeuse. Ainsi, nous nous réjouissons de voir naitre, au sein de la sphère internet, des alternatives de plus en plus nombreuses en terme de source d’informations EBM et qui permettent de tenir tête aux nombreuses communications émanant de l’industrie pharmaceutique. À lire, entre autres, dans notre rubrique "brèves".

Et, en parlant de marketing, voici que le budget de l’INAMI pourrait se voir octroyer une nouvelle cotisation par la création d’une taxe sur les revenus "marketing" de l’industrie pharmaceutique. Attention cependant à ne pas entrer dans un système où le marketing serait alors habilité et favorisé car apportant un revenu financier à l’Etat, alors que celui-ci est tout d’abord une source de dépenses pour les soins de santé.

La bonne réflexion passant par la bonne lecture, je vous souhaite les deux.

Partager {#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © GRAS asbl 2012