Groupe de Recherche et d’Action pour la Santé
Accueil > Nos actions > Action n° 117 : promouvoir et défendre l’allaitement maternel en respectant le (...)

Action n° 117 : promouvoir et défendre l’allaitement maternel en respectant le code OMS sur les substituts du lait maternel (06/2009)

mercredi 7 décembre 2011, par Rédaction GRAS

Sensibiliser les professionnels de la santé et les pouvoirs publics belges, dénoncer les tromperies publicitaires. L’exemple de la publicité pour le lait de suite Nutrilon Bonne Nuit® de Nutricia parue dans le Ligueur n°15 du 27 mai 2009 : "votre enfant se fortifie tout en passant de bonnes nuits", est vachement trompeur !

Une collègue médecin généraliste a réagi à cette publicité pour un lait de suite : LLG n°63, septembre 2009

Chuuuuuuuut…
Ce magnifique petit bébé dort et ce n’est pas grâce au dernier lange « pet au sec » ou simplement parce qu’il est fatigué…Il a eu la chance de recevoir un lait de suite « dont la composition procure une sensation de satiété qui permettra à votre tout-petit de faire ses nuits sans souci…et sans se réveiller. De plus ce lait contient un mélange breveté de fibres prébiotiques qui renforcent naturellement la résistance du bébé » .

Un enfant est-il comme un poêle à bois qu’on bourre le soir pour qu’il tienne jusqu’au matin ?

Que disent les études concernant ce domaine ? La probable farine contenue dans ce lait a t’elle jamais empêché un bébé de se réveiller la nuit ? Les prébiotiques ont-ils montré une quelconque efficacité dans ce cas ?

Cette publicité accroche le regard par sa jolie photo et son design attractif et cela m’interpelle car cette pub est interdite par le code OMS depuis 1981 dans tous les journaux grand public.

Elle se trouvait pourtant dans Le Ligueur de juin, une revue destinée aux familles…

MAIS la Belgique n’interdit pas les publicités pour les laits de suite, donc à partir de 6 mois. Les allégations de santé sont donc sous le seul contrôle des denrées alimentaires et non du comité fédéral pour l’allaitement maternel. Un œil non averti ne verra que le beau bébé qui dort. Une jeune mère influençable sera tentée de donner ce lait industriel, produit miracle qui fait dormir les bébés et mettra ainsi son allaitement en danger, même si son bébé n’a que quelques semaines… Pour quelles raisons le code international de commercialisation des substituts du lait maternel n’est-il pas d’application en Belgique ? Que faire pour que cela change ? Le firme Nutricia interrogée n’a pas répondu à mon courrier. Le comité d’Ethique publicitaire du Ligueur se renseigne. Et la publicité « Nutrilon Bonne Nuit » n’est plus dans le Ligueur de cette semaine.

Geneviève Heintz , MG, 3.07.2009

Autre echo : de H.Barennes, pédiatre, épidémiologiste, basé à VIENTIANE, LAOS

Travaillant au Laos depuis 4 ans et demi, nous sommes actuellement en controverse avec Nestlé qui utilise un logo évocateur d’allaitement maternel (Ours avec ourson) pour faire la promotion et vendre divers succédanés du lait avec un effet tout à fait négatif chez certaines familles qui ont utilisé un coffee creamer pour exclusivement allaiter leur nourrisson et dont nous avons précédemment reporté les conséquences dramatiques au Laos (plusieurs décès par kwashiorkor)(voir le BMJ) et réponses disponibles sur le site BMJ.

Nestlé se pose en éducateur en nutrition pour les pays en développement, ce qui étant donné le conflit d’intérêts me semble tout à fait inadmissible. Je vous adresse (via E-med) [1] la lettre parue cette semaine dans BMJ 26 Mai 2009 en réponse à divers courriers échangés avec Nestlé.

Dr H.Barennes hubert.barennes@auf.org mailto:Barenneshub@yahoo.fr>

Institut Francophone pour la Médecine Tropicale

ACTIONS DU GRAS déjà menées sur ce thème :

  • action n° 20 : publicités pour des médicaments dans LE LIGUEUR (3/95).
  • action n° 39 : lait maternisé ENFALAC ® (MEADJOHNSON) (6/98) : distribution d’échantillons de lait en poudre à des populations défavorisées ("publicité humanitaire")

SUITES LLG n°65, décembre 2009.

Une consoeur généraliste avait interpellé le Jury d’Ethique Publicitaire qui a examiné la publicité en question et lui a répondu en ces termes :

« L’annonce montre un ciel étoilé avec le texte « Chuuuuuuuut… » et un bébé en train de dormir. En dessous : “Une bonne nuit de sommeil stimule la croissance et le développement de votre bébé. Voilà pourquoi Nutricia a conçu Nutrilon Bonne Nuit, un lait de suite dont la composition procure une sensation de satiété qui permettra à votre tout-petit de faire ses nuits sans souci… et sans se réveiller. De plus, Nutrilon Bonne Nuit contient ImmUNofortIs®, un mélange breveté de fibres prébiotiques qui renforcent naturellement la résistance de bébé. Votre enfant se fortifie tout en passant de bonnes nuits. ». À côté, une photo d’un pot de Nutrilon. En dessous, mention du site www.nutriciababy.be, d’un numéro de téléphone et logo de l’entreprise.

MOTIVATION DU PLAIGNANT : Cette publicité fait croire aux mamans que le fait de donner ce lait va permettre au bébé de "passer ses nuits sans se réveiller" et de "se fortifier" en même temps. Le plaignant pense que ces allégations ne reposent sur aucune étude scientifique sérieuse. Un bébé n’est pas un poêle à bois que l’on remplit le soir pour qu’il tienne jusqu’au matin !!! Le plaignant trouve que cette publicité ne peut que pousser des mamans à arrêter leur allaitement pour acheter ce lait miracle ! Une revue destinée aux familles devrait être plus attentive aux messages qu’elle donne aux jeunes parents. C’est le lait maternel qui est la meilleure alimentation pour un bébé. Cette magnifique pub très habile tend à montrer qu’il n’en est rien. Le plaignant suggère de lire le code international de commercialisation des substituts du lait maternel http://action.allaitement.free.fr/pages/code.html).

POSITION DE L’ANNONCEUR : L’annonceur a communiqué que, selon lui, cette publicité est tout à fait en règle avec la législation en vigueur (AR 18 fév 1991) relative aux denrées alimentaires destinées à une alimentation particulière et plus spécifiquement avec les dispositions relatives aux préparations de suite qui s’appliquent au produit en question, en particulier l’article 5.2.4 concernant l’étiquetage et la publicité pour les laits de suite. Cette législation européenne respecte l’esprit du code de l’OMS en matière de marketing des substituts au lait maternel. Nutrilon Bonne Nuit® est un lait de suite qui a été épaissi avec de l’amidon, ce qui assure un apport d’énergie contrôlé de 70 kcal/100g et une sensation de satiété plus longue, grâce à quoi le bébé peut continuer plus longtemps à dormir tranquillement. Ce produit a été développé comme une alternative saine aux pratiques actuelles de beaucoup de mères, à savoir l’ajout de farines, de farine de biscuit ou de biscuits écrasés dans le dernier biberon, ce qui cause une prise supplémentaire de calories qui peut aller de 17 à 32 kcal par biberon, ce qui nutritionnellement n’est pas du tout recommandable.

Il s’agit clairement « d’un lait de suite » et l’illustration du produit montre aussi clairement qu’il s’agit d’un lait de deuxième âge (lait de suite) « 2 ». En outre, ce produit n’existe pas pour le premier âge ce qui évite la confusion avec le lait pour nourrisson. D’aucune manière une comparaison n’ est faite avec l’allaitement et les mères ne sont pas tenues d’allaiter par cette publicité. En ce qui concerne l’allégation relative à Immunofortis et le renforcement de la résistance en ajoutant des fibres prébiotiques, Nutricia a pour le moment un dossier en cours à l’EFSA (Europese Food Safety Authority) pour l’approbation de cette allégation. En ce moment, l’annonceur attend l’avis de l’EFSA. Il peut dès lors légitimement utiliser cette allégation sur ses produits tant qu’il n’y a pas de décision négative de la Commission Européenne par rapport à cette allégation. En ce qui concerne la sensation de satiété concernant l’ajout d’hydrates de carbone complexes, un dossier a aussi été introduit à l’EFSA conformément à l’article 14 (allégations génériques) de la réglementation des allégations. Cette allégation peut dès lors être utilisée par rapport au produit. Cette annonce est déjà utilisée depuis longtemps sans aucun problème/remarques dans les différents pays où ce produit est commercialisé. L’annonceur ne peut dès lors être d’accord avec l’interprétation selon laquelle cette annonce serait mensongère et nuirait à l’allaitement.

POSITION DU JURY : « Le Jury a constaté que la publicité concerne un lait de suite et est conforme aux dispositions de l’AR du 18/02/1991 relatif aux denrées alimentaires destinées à une alimentation particulière. Le Jury a noté qu’un dossier a été introduit auprès des autorités européennes pour les allégations relatives à l’Immunifortis® et à la sensation de satiété conformément au Règlement européen 1924/2006 du 20/12/2006 concernant les allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires et que le dossier est en cours d’évaluation par l’EFSA (European Food Safety Authority). Le Jury a également constaté que l’annonce affirme que Nutrilon Bonne Nuit « procure une sensation de satiété qui permettra à votre tout-petit de faire ses nuits sans souci … et sans se réveiller ». Le Jury a estimé qu’il s’agit d’une promesse exagérée susceptible d’introduire la confusion dans l’esprit du consommateur. Il est d’avis que les termes « sans souci » et « sans se réveiller » sont trop absolus. Le Jury a dès lors estimé que la publicité en question est trompeuse au sens des articles 3 et 5 du Code de la Chambre de Commerce Internationale (ICC code [2]) et de l’article 94/6, §1 2° de la loi sur les pratiques de commerce puisqu’elle induit le consommateur en erreur en ce qui concerne les résultats qui peuvent être attendus de l’utilisation du produit et qu’elle est susceptible de l’amener à prendre une décision commerciale qu’il n’aurait pas prise autrement. Eu égard à ce qui précède, le Jury a demandé à l’annonceur de modifier l’annonce en atténuant ces affirmations ou, à défaut, de ne plus la diffuser. L’annonceur a confirmé que la campagne se terminait et qu’il tiendra compte de la décision du Jury pour une future campagne. A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé. »

Partager {#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Notes

[1British Medical Journal 26 May 2009 : *Nestle’s mommy bear does not breastfeed* avec photos à la clé.

[2ICC code : voir www.jep.be rubrique ‘Codes/Règles’

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © GRAS asbl 2012