Groupe de Recherche et d’Action pour la Santé
Accueil > Nos actions > Action n°110 : CERVARIX® (GSK – 04/2008) : ELARGISSEMENT INDU DES (...)

Action n°110 : CERVARIX® (GSK – 04/2008) : ELARGISSEMENT INDU DES INDICATIONS

mardi 6 décembre 2011, par Rédaction GRAS

Campagne d’information de GSK tendant à élargir le groupe-cible, en incitant de manière subtile toutes les femmes, quel que soit leur âge, à demander la vaccination (“vous ou votre fille pouvez vous faire vacciner ”, dit l’annonce). Sensibilisation des prescripteurs.

On a vu récemment, à l’initiative de la société GSK, une campagne pour la vaccination contre les virus HPV (papillomavirus humain) qui favorisent le cancer du col de l’utérus. GSK produit le vaccin Cervarix®. Un autre vaccin est le Gardasil®, mis au point par Merck. Cette vaccination se révélera peut-être utile, mais nombre d’inconnues subsistent. La vaccination est recommandable prioritairement pour les très jeunes filles, de préférence avant tout rapport sexuel. L’utilité d’une vaccination des femmes adultes est beaucoup plus douteuse. D’après le Conseil Supérieur de la santé [1], des données concernant l’efficacité prophylactique de ces vaccins chez les femmes de plus de 25 ans (Cervarix®) ou de plus de 26 ans (Gardasil®) ne sont actuellement pas disponibles.

Or, la prétendue campagne d’information sur la vaccination (qui ne citait aucun nom de marque) tendait à élargir les indications à l’ensemble des femmes, quel que soit leur âge, et à les inciter toutes à réclamer la vaccination au médecin ("Vous ou votre fille pouvez vous faire vacciner", affirme une annonce) [2]. Ce n’est pas un hasard si cette campagne a été développée par GSK. Le concurrent Gardasil® est remboursé pour les filles de 12 à 15 ans depuis plusieurs mois alors que le Cervarix® ne l’est que depuis le 1er mai 2008. Pour les filles jeunes, le Cervarix® a donc un retard et un marché à rattraper par rapport au Gardasil®, actif sur davantage de sous-types HPV (les 2 concernant le plus fréquemment le cancer du col utérin (comme dans le Cervarix®) et 2 concernant les condylomes acuminés). En revanche, si l’on parvient à convaincre les femmes adultes de se faire également vacciner, le Gardasil® et le Cervarix® se retrouvent là à égalité. Précisons que GSK a parallèlement distribué 20 000 échantillons de Cervarix® aux médecins, pour qu’ils puissent offrir gratuitement une des trois injections nécessaires à leurs patientes. Cette campagne, visant finalement à augmenter les ventes d’un vaccin particulier – produit en Belgique - est passée comme une lettre à la poste, sans que les autorités de contrôle n’y trouvent rien à redire. Quant à savoir si la santé publique y aura trouvé son compte...

Partager {#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Notes

[1PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N° 8367 (révision du 8204) Vaccination contre les infections causées par le papillomavirus humain, 02 mai 2007 (révision du 5 décembre 2007)

[2Vaccination HPV : info ou pub ? Test Santé n°85 de juin-juillet 2008, p.8

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © GRAS asbl 2012