Groupe de Recherche et d’Action pour la Santé
Accueil > Nos actions > Action n° 1 : Ofloxacine TARIVID® (HOECHST) (01/1990)

Action n° 1 : Ofloxacine TARIVID® (HOECHST) (01/1990)

mardi 29 novembre 2011, par Rédaction GRAS

"A coup sûr dans les infections respiratoires".

ACTION DU GRAS CONNEXE A CE THEME

ACTION N° 75 : FOIRE AUX STEREOISOMERES ET AUX METABOLITES ACTIFS (2003) : faire du neuf avec du vieux . Promotion trompeuse d’analogues structurels (Desloratadine (Aerius®)/ Loratadine (Claritine®) ; lévofloxacine (Tavanic®) / ofloxacine (Tarivid®) ; lévocétirizine (Xyzall®)/ cétirizine (Zyrtec®) ; ésoméprazole (Nexiam®)/ oméprazole (Losec®)…) ou de métabolites sans intérêt clinique nouveau à l’expiration du brevet de la molécule originale. 

SUITES (Mise à jour juin 2013)

23 ans après notre première action qui dénonçait la promotion de l’Ofloxacine en « premier choix dans les infections respiratoires », les RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit) de cette molécule et de son stéréoisomère sont enfin adaptés !

Lévofloxacine (en Belgique : TAVANIC®) : indications restreintes et mesures de sécurité
En mai 2012, après évaluation des données relatives à l’efficacité et à la sécurité de la lévofloxacine, le CHMP (Committee for Medicinal Products for Human Use, de l’Agence Européenne du Médicament) a conclu que les indications devaient être limitées au traitement de seconde ligne pour les infections respiratoires (à savoir : sinusite bactérienne aiguë, exacerbation de bronchite chronique, pneumonie non nosocomiale) et pour les infections compliquées de la peau et des tissus mous. => voir le site web de l’afmps.

SUITES : LLG n°104, mars 2018

A l’heure où l’on évoque à l’INAMI la possibilité d’un remboursement conditionnel des quinolones pour contrer la résistance croissante à cette famille d’antibiotiques, il est intéressant de revenir sur la première action de publivigilance du GRAS en janvier 1990. Si nos autorités avaient réagi plus tôt en contrôlant ces dérives publicitaires, on n’en serait peut-être pas arrivé là…

Depuis le 1er mai 2018, l’INAMI rembourse les quinolones de manière conditionnelle. Pour que le patient soit remboursé, le prescripteur doit soit demander électroniquement une autorisation de remboursement, soit mentionner sur la prescription « régime du tiers payant applicable » en conservant, dans le dossier médical de son patient, les éléments prouvant que toutes les conditions de remboursement sont remplies. Les situations retenues sont fort restrictives, basées sur le Guide belge de traitement anti-infectieux en pratique ambulatoire 2012 de la Commission belge de coordination de la politique antibiotique (BAPCOC) datant de 2012 et qui devrait être remis à jour ! Certaines situations justifiant à nos yeux le recours à des quinolones ne sont pas prévues : infections urinaires non banales, infections des voies respiratoires inférieures en cas d’allergie à la pénicilline Ig E médiée (Moxifloxacine).

Partager {#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © GRAS asbl 2012