Groupe de Recherche et d’Action pour la Santé
Accueil > La Lettre du GRAS > LLG n°75, décembre 2012 > Editorial : des enjeux émergents

Editorial : des enjeux émergents

jeudi 16 mai 2013, par Marc Bouniton (Date de rédaction antérieure : 15 décembre 2012).

Le secteur des médicaments hors prescription et des produits dits de comptoir (nutriments, dispositifs médicaux,…) est en plein développement et provoque une réorientation des budgets promotionnels des firmes pharmaceutiques au détriment de la promotion de certaines spécialités remboursées. Alors que la CE a édicté des normes plus exigeantes pour l’étiquetage de ces compléments alimentaires, on assiste à des alliances contre nature entre certaines organisations sensées défendre les patients [1] et les firmes productrices de ces alicaments. Une mise en parallèle avec les prescrits légaux et les allégations autorisées montre que certains d’entre eux sont en fait promus comme médicaments. L’article de Pierre Chevalier dans cette lettre vous en dira plus et le GRAS attend la réponse de la Ministre de la Santé, Laurette Onkelinx, à notre plainte relative au Tasectan (Action n°131 de juin 2011). La liste positive de la CE entre en vigueur le 14 décembre, il y a donc pas mal de mouvement sur ce marché pour le moment.

Le gouvernement belge cherche à faire des économies tous azimuts. Une petite analyse du Top 25 des médicaments belges vous montrera que nous sommes encore loin du bon usage des médicaments qui permettrait de réaliser quelques économies sans pénaliser la santé et le portefeuille de nos concitoyens.

Promotion de médicaments pour des utilisations non approuvées, non communication de certains effets secondaires aux autorités de pharmacovigilance, pratiques commerciales frauduleuses : les montants records des amendes payées par des firmes pharmaceutiques aux USA pour « malpractice », signalées dans cette Lettre, nous font penser que pareilles pratiques sévissent aussi sur notre vieille Europe. Voir les brèves de cette lettre.

Depuis longtemps déjà, le GRAS se mobilise pour obtenir plus de transparence et d’indépendance de l’expertise. Plusieurs articles de cette lettre s’en font l’écho (Pantouflage à la CE, l’expertise vue du Canada,...) et nous vous inviterons prochainement à encourager par mail les députés fédéraux belges de la Commission Santé de la Chambre des Représentants appelés à se prononcer sur 2 projets de loi visant à rendre obligatoire la déclaration des conflits d’intérêt des experts siégeant dans les commissions santé officielles. Par ailleurs, le débat sur la loi anti-cadeaux en France est l’occasion de revenir sur la situation belge dans ce domaine avec le rôle que joue Mdeon dans notre pays.

Faut-il tout dépister ? Plusieurs de nos actions questionnent l’intérêt du dépistage de maladies peu symptomatiques : fibrillation auriculaire chez le tout venant, maladie d’Alzheimer débutante, œsophagite peptique, carence en vitamine D,... Cette démarche fait écho à d’autres remises en question d’une prévention iatrogène : dosage du PSA dans le dépistage du cancer de la prostate, mammographie annuelle systématique (débat porté par la revue Prescrire), ostéoporose, abaissements des seuils d’intervention dans les facteurs de risques cardiovasculaires... Autant de défis pour la prévention quaternaire chère à Marc Jamoulle [2] ! La rentabilité du marché des médicaments « préventifs » pris à vie contraste avec la carence d’investissement dans la recherche de nouveaux antibiotiques ou les traitements des maladies tropicales, négligées.

Quelques signes encourageants à signaler : la non-approbation du traité ACTA au Parlement Européen, des propositions concrètes pour encourager la recherche sur les maladies négligées à l’OMS,...

Vous verrez in fine que la présentation de cette lettre se veut plus aérée faisant la part belle à des renvois par hyperliens pour ceux qui veulent approfondir le sujet évoqué.

Partager {#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Notes

[1Cf. Actions du GRAS n°125,111 et 95

[2www.primary-care.ch/docs/primarycare/archiv/fr/2012/2012-08/2012-08-077.PDF
Saluons aussi notre confrère Marc Jamoulle qui, en interpellant des cardiologues de Charleroi a permis de nouer un échange de mail fructueux…pour un bon usage des antiXa.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © GRAS asbl 2012