Groupe de Recherche et d’Action pour la Santé
Accueil > La Lettre du GRAS > LLG n°73 mars 2012 > Danger des décongestionnants de la sphère ORL

Danger des décongestionnants de la sphère ORL

mardi 14 mai 2013, par Rédaction GRAS (Date de rédaction antérieure : 15 mars 2012).

L’Agence Européenne du Médicament (EMA) et l’AFSSAPS souhaitent vous informer sur la sécurité d’emploi et l’usage des décongestionnants de la sphère ORL, renfermant un vasoconstricteur administrés par voie orale ou nasale.

La persistance de signalements d’effets indésirables cardiaques et neurologiques chez des patients traités par les médicaments contenant des vasoconstricteurs, utilisés dans le traitement symptomatique des rhinites, conduit l’Afssaps à rappeler les recommandations inhérentes à leur utilisation. L’enquête de pharmacovigilance concernant ces médicaments est en cours d’actualisation, afin de pouvoir considérer la nécessité d’actions supplémentaires.

Depuis le 1er janvier 2011, 15 cas graves d’effets indésirables cardiovasculaires (à type d’hypertension artérielle, crise d’angor) ou neurologique (à type de convulsion, troubles du comportement et accident vasculaire), survenus chez des patients ayant pris une spécialité renfermant un vasoconstricteur (voie orale ou nasale), ont été enregistrés dans la base nationale de pharmacovigilance. Dans 25 % des cas, les recommandations présentes dans le résumé des caractéristiques du produit de ces spécialités n’étaient pas respectées (durée de traitement supérieure à 5 jours, non respect des contre-indications).

L’Afssaps rappelle le bon usage des médicaments renfermant un vasoconstricteur (VC) utilisés pour leurs propriétés décongestionnantes de la sphère ORL :

  • la posologie maximale ne doit pas être dépassée
  • la durée maximale de traitement ne doit pas excéder 5 jours
  • ces médicaments sont contre-indiqués chez l’enfant de moins de 15 ans et en cas notamment d’hypertension artérielle sévère ou mal équilibrée, d’antécédents d’accident vasculaire cérébral ou de facteurs de risque susceptibles de favoriser la survenue d’AVC, en raison de l’activité sympathomimétique alpha du VC, d’insuffisance coronarienne sévère, d’antécédents de convulsions.

Il est inutile et potentiellement dangereux d’associer entre eux deux de ces médicaments (même administrés par des voies différentes).

AUTRES ACTIONS DU GRAS CONNEXES A CE THEME

Partager {#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © GRAS asbl 2012