Groupe de Recherche et d’Action pour la Santé
Accueil > La Lettre du GRAS > LLG n°75, décembre 2012 > INAMI : Le TOP pas top !

INAMI : Le TOP pas top !

jeudi 16 mai 2013, par Rédaction GRAS

Le TOP 25 des principes actifs dans les dépenses du secteur ambulatoire belge de l’assurance soins de santé en 2011.

A noter :

  • 1 énantiomère (escitalopram) plus cher sans bénéfice clinique en plus que le citalopram (cfr LLG)
  • 3 antipsychotiques (prescrits chez 175163 patients) : importance des maladies mentales ou conséquence du « disease mongering » ?
  • 3 médicaments destinés à réduire le cholestérol (l’atorvastatine (298389 patients), la simvastatine (679.107) et la rosuvastatine (271.242 patients)), le bénéfice clinique de ce dernier étant moins bien étudié.

Atorvastatine : 103.031.000 DDD = 113.997.263 euros Simvastatine : 169.647.704 DDD = 33.452.327 euros

Si tous ceux qui ont pris atorvastatine avaient pris simvastatine, cela aurait coûté 20.307.410 euros soit un gain de 93.689.852 euros !

  • 3 médicaments contre le BPCO et l’asthme (salmétérol en association avec un corticostéroïde, formotérol en association avec un corticostéroïde et le bromure de tiotropium) alors qu’il n’existe quasi pas d’équivalent générique disponible pour ces classes thérapeutiques.
  • 1 antiangoreux utilisé comme traitement chronique de l’angine de poitrine (la molsidomine) alors qu’il reste peu utilisé à l’étranger et dont l’intérêt reste discutable (cf. Action GRAS 101 [1])

Lorsqu’on compare le nombre d’années entre le premier remboursement et l’apparition dans le TOP 25, on constate que certaines molécules sont immédiatement très haut dans le
« classement » : l’atorvastatine, le clopidogrel, le salmeterol et le formoterol avec un corticosteroide et l’escitalopram y ont pris place en une année. De l’influence de la pub sur la qualité et le coût de la prescription !!

Partager {#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Notes

[1ACTION N° 101 : MOLSIDOMINE : trop prescrite eu égard au manque de preuves de son efficacité (11/2007). Sensibilisation des prescripteurs. Plus d’infos LLG 56, p.51-2 LLG n°66, juin 2010

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © GRAS asbl 2012